La créatrice

Agathe, la créatrice de Gabie

Agathe Ningres fondatrice de Gabie

Qui es-tu, quel âge as-tu, où vis-tu ?

Bonjour ! Je m’appelle Agathe, j’ai 32 ans et je vis à Saint-Jean-de-Luz. 

Quel est ton parcours pro et qu’est-ce qui t’a mené à la maroquinerie ?

Après une école de commerce j’ai un temps travaillé dans la mode, mais ma nature autodidacte, mon amour de la couture et de la création en générale ainsi que ma curiosité jamais épuisée, m’a poussé à chercher une autre voie, davantage liée au travail manuel et créatif.

Je suis revenue au Pays Basque dans ma famille  avec l’objectif de créer mon entreprise mais avant tout d’acquérir un savoir faire dans la couture et la création de pièces de mode. Je souhaitais aussi limiter mon impact sur l’environnement, j’ai donc dans un premier temps commencé à transformer de vieux vêtements, puis j’ai eu la chance de faire de belles rencontres et de pouvoir récolter des rouleaux de textiles et tapisserie d’anciennes merceries ou grands hôtels. A partir de ces textiles d’ameublement j’ai commencé à imaginer des accessoires, puis petit à petit je me suis intéressée au travail du cuir. 

Dans un premier temps je voulais essayer des solutions alternatives, j’ai donc fait des essais avec des cuirs végétales ou des similicuir créés à partir de plastiques recyclés, mais pour différentes raisons, je n’étais pas convaincu par ces matières et je revenais sans cesse au cuir animal. C’est au cours de l’été 2019, que j’ai créé le premier prototype du Koloreko, mais je n’étais toujours pas certaine de vouloir me lancer dans le travail du cuir, ce sont des rencontres avec des artisans ayant un savoir-faire précieux qui a été déterminant et m’a convaincue de continuer dans cette voie. 

Quelle vision de la maroquinerie veux-tu transmettre à tes client.es ?

La maroquinerie et la mode en général s’apparentent selon moi à quelque chose de léger, qui nous apporte de la joie et qui dit beaucoup sur nous-même. On peut jouer avec une pièce de maroquinerie, en osant peut-être plus que pour un vêtement, en montrant davantage notre côté créatif et décomplexé. Si un accessoire de mode est selon moi aussi peu sérieux qu’essentiel, sa fabrication en revanche doit être prise très au sérieux, en respectant tous les acteurs ayant contribué à sa réalisation avec une réelle exigence concernant son mode de production. Bref, pour moi une belle pièce de maroquinerie ne changera pas le monde, mais apporte un peu de bonheur en mettant en avant ce qui est finalement fondamental dans l’art et la création : des valeurs humaines.


Il paraît que tu travailles en partenariat avec des entreprises du Pays Basque, qui sont tes partenaires ?

Ona Tiss : Cette très belle et ancienne maison tisse les textiles sur des métiers à tisser d’autrefois, ce qui apporte une qualité exceptionnelle et des matières aux couleurs chatoyantes. Tissage Moutet : Une belle et ancienne maison de textile, très moderne. Cette maison a gardé un savoir-faire et une qualité de textile intact.  Je collabore avec eux notamment pour la création de textile sur mesure.

Ma partenaire de choc est avant tout ma belle-sœur : certes, nous ne parlons plus d’une entreprise, cependant Amandine a accepté de me suivre dans toutes mes idées et aventures ! Vous la reconnaitrez sur beaucoup de photos de Gabie !

Où peut-on trouver tes sacs et accessoires ?

Vous pouvez trouver mes produits sur ma boutique en ligne, sur ma boutique Etsy ou encore en physique au Pays Basque chez mes boutiques partenaires comme Loka VracAlisée VictoireEtxenami ou encore sur des stores éphémères. Et bien sûr, mon atelier-boutique est ouvert depuis quelques semaines, vous pouvez prendre rendez-vous avec moi pour une visite privée de l’atelier et un café !

Découvrir la boutique de Saint-Jean-de-Luz


Qui ou quelles sont tes sources d’inspiration quand tu créées ?


Les sources sont très diverses, je peux partir d’une forme, ou bien seulement d’une couleur (c’est ce qui s’est passé pour la création du Koloreko). Le mouvement est aussi quelque chose d’essentiel pour moi : quand je crée une pièce, j’imagine toujours la silhouette et les mouvements de la personne qui la porte (les femmes en général) et pour se faire, la forme du sac est bien sûr très importante mais on peut aussi jouer sur les coloris, et les textures… Les possibilités sont nombreuses !

Dans quelle ambiance aimes-tu travailler ?   

 

J’aime particulièrement travailler avec de la musique dans mon atelier. J’aime tous les genres de musique mais avec une prédilection pour Prince, David Bowie et Beyoncé, particulièrement quand je crée, Melodie Gardot après une longue journée, où la fatigue se fait ressentir et que j’ai besoin de me concentrer. Le petit café de la fin de matinée me met toujours en joie, et marque une pause pour mieux repartir.

 

Et si tu ne devais garder qu’un produit Gabie ?

 

   

 

Le Koloreko Printanier !

Pour moi, il représente totalement le style de Gabie. Il est joyeux et élégant, quand j’ai créé ce sac j’imaginais le renouveau du printemps où les tenues des femmes se font plus légères. 

Il représente totalement ma vision de la maroquinerie et de la mode en général, une pièce très élaborée, qui demande beaucoup d’investissement et de travail, mais qui apporte une certaine légèreté et que l’on a envie de porter avec facilité.

 

Où te caches-tu quand tu ne travailles pas ?

A l’eau en train de surfer ! Et plus particulièrement entre Guetahary et Hendaye. Sinon, j’aime beaucoup fréquenter les bars et cafés de la côte ainsi que les librairies !

Ton plat préféré ?

Les linguines à la vongole, et plus généralement tout ce qui se rapporte aux pâtes (et à l’ail)!  

Un resto ?

Je vais même t’en donner 3 ! L’essentiel à Saint-Jean-de-Luz, est un restaurant dans lequel je vais en famille, les plats sont superbement cuisinés avec des produits locaux, de saison , et très abordables. Le second : Etxenami également à Saint-Jean-de-Luz, aussi original que délicieux, la cuisine est un mix entre les plats basques et japonais! Le lieu est superbe et sa propriétaire adorable. Et il y a bien sûr tous les bons restaurants italiens de la côte, mais en particulier Piccole Cose à Bayonne !